Acheter un terrain non viabilisé ?

Dans le domaine de la construction de maison, on entend par terrain viabilisé un terrain étant raccordé aux réseaux existants se trouvant à proximité. Mais attention : un terrain peut être dit « viabilisé », mais pour autant peut ne pas être raccordé au réseau gaz ou égouts par exemple. Car les réseaux gaz ou égouts peuvent ne pas être installés sur la commune. Il faudra donc bien savoir quels sont les réseaux présents sur la parcelle et comment s’y raccorder.

On peut acheter aussi un terrain constructible, non viabilisé. Dans ce cas, l’acquéreur du terrain devra faire les démarches nécessaires pour faire viabiliser son terrain. 

-> Comment faire pour viabiliser un terrain

La première étape est de se rendre au service urbanisme de la commune dans laquelle on souhaite faire construire. On demandera à ce service, quelles sont les entreprises responsables des réseaux sur la commune (Entreprise appelé concessionnaires). Puis avec cette liste, on pourra appeler chaque entreprise responsable de son réseau et nous lui demanderons de nous établir un devis pour raccorder notre terrain.

Par exemple : 

  • Pour EAU POTABLE, vous devrez contacter le service des eaux de la commune : SUEZ, EAUX DU GRAND LYON ect…. 
  • Pour l’ELECTRICITE, le client devra contacter ENEDIS via leur site web : www.enedis.fr (service particulier raccordement) pour leur demander un devis afin de faire des travaux sur voiries publiques d’extension du réseau public de distribution. Il faut savoir que les démarches sont longues : les délais peuvent atteindre 6 mois.
  • Pour le GAZ, il s’offre a vous deux possibilités : soit :
  1. Viabiliser le terrain en gaz, dans ce cas contacter le concessionnaire ENGIE/GDF.
  2. S’il n’y a pas de réseaux gaz sur la commune, ENGIE vous proposera l’installation d’une citerne gaz (les frais d’installation de la citerne gaz sont pris en charge par votre fournisseur de gaz en fonction du contrat que vous allez signer)
  • Pour les EAUX PLUVIALES, vous devrez vous renseigner sur comment traiter les eaux pluviales, soit grâce à un puits perdu ou autre dispositif, soit un raccordement au réseau. Je vous renvoie au chapitre « gestion des eaux pluviales » à la page 82 pour en savoir plus sur les différents dispositifs.
  • Pour l’EGOUT, il faudra contacter l’entreprise qui s’occupe de l’assainissement collectif. S’il n’est pas possible de raccorder votre terrain à l’égout, vous devrez réaliser un assainissement automne en fonction d’une étude de sol et contacter le service de l’assainissement non collectif : « le SPANC ». 

ATTENTION : Avant de faire tirer l’égout jusqu’à votre maison il faudra vérifier que la future maison se raccorde bien à celui-ci. Voir à cet égard le chapitre « l’égout gravitaire » ou encore l’article sur le choix entre dallage terre plein et vide sanitaire.

 – Pour le téléphone : Orange, France télécom ou autres…

Modèle de base d’une maison

Acheter une maison c’est bien, mais savoir ce qu’il y aura dedans c’est mieux !

Afin de vous familiariser avec un descriptif de maison, ci après vous en trouverez un exemple. Tout les articles comprenant la mention « de base », veux dire que ces prestations sont comprises dans le tarif du modèle de base d’une maison.

Le Poids des différents lots

Voici ce que représente en pourcentage chaque lots par rapport au coût global de la maison :

Répartition de coûts global de la maison par corps d'état (pour un modèle plein pied)

PERMIS DE CONSTRUIRE / ETUDE DE SOL / ETUDE THERMIQUE

PLANS

  • Avant-projet,
  • Jeu de plans,
  • Dépôt de permis de construire.

Vous pouvez voir notre article sur les étapes de construction d’une maison.

Etude thermique RT 2012

L’étude se fera en 4 temps :

  1. Le calcul du BBIO, la simulation Cep et la génération de l’attestation à joindre au dépôt du PC.
  2. L’étude définitive avec le calcul du Cep, de la Tic et la vérification conformité RT2012.
  3. Le test de perméabilité à l’air en fin de chantier
  4. Délivrance de l’attestation de conformité RT2012 et du Diagnostique de Performance Energétique

ETUDE DE SOL

Réalisation d’une étude de sol

GROS OEUVRE : Terrassement / Maçonnerie

TERRASSEMENT (De base)

  • Terrassement dans terrain, réalisé selon plan.
  • Décapage de la terre sur 0,30m d’épaisseur sur l’emprise de la construction.
  • Mise en place de tout venant stabilisateur, grossier sur le chemin d’accès et uniquement prévu pour les véhicules de chantier sur 12cm (au-delà à la charge du client). Fouilles en rigoles en terre ordinaire pour fondations filantes.

TERRASSEMENT (Plus value)

  • Empierrage + finition sur chemin d’accès ………… M2

FONDATIONS ET SOUBASSEMENT

  • Semelle de fondation béton dosé à 300kg, y compris coffrage et armature acier.
  • Construction du soubassement assurant le hors gel par rangées de moellons 20x20x50.
  • Arase horizontales étanches, évitant les remontées d’humidité, par mortier de ciment hydrofuge.
  • Y compris toute réservation pour réseaux EDF , EU, PTT , interphone…
  • Fourniture et pose de grilles de ventilation pour vide sanitaire (quantité en fonction de la surface de la maison).

RESEAUX ENTERRES – FOURREAUX

Tranchées conformes à la norme NF P 98–331, pour :

  • Réseaux EU sous dallages, depuis chaque sanitaire et chute, jusqu’au regard en limite de propriété,
  • Réseaux EP depuis pied de chaque descente, jusqu’au regard en limite de propriété, ou puits d’infiltration (cf plan masse),
  • Travaux d’assainissement/drainage des fondations nécessaires lorsque la nature du sol du terrain et l’implantation de la construction le justifient.
  • Fourreaux pour réseaux EDF, FT et AEP, depuis coffrets et regards respectifs en limite de propriété jusqu’en pénétration du bâtiment créé.
  • Compris Janolènes et Plymouth. Raccordement aux réseaux publics EDF .
  • Raccordement au réseau d’eau potable et d’évacuation des EP et EU.
  • Regard béton + tampon pour EU et EP, tranchée, grillage avertisseur.
  • Ensemble réseau de vidanges PVC100, PVC50, PEHD25, Gaines EDF, Gaines PTT, en passage sous dalle et plancher. PLANCHER RDC Plancher hourdis :

PLANCHER RDC

Dallage sur terre-plein : Dallage de 0,12m d’épaisseur moyenne de béton dosé à 350kg/m

  • Les zones recevant ce dallage seront réalisées comme suit :
  • Hérisson en gravier de 0,20m d’épaisseur, y compris damage et pilonnage ;
  • Fourniture et mise en place d’un film polyane, y compris recouvrement et relevés (épaisseur 250 microns) ;
  • Dallage en béton de gravillon et ciment CPJ 45 dosé à 350Kgs, coulé dans œuvre des murs, y compris armatures et treillis soudés (1 lit).

Vide sanitaire par Plancher préfabriqué avec hourdis béton ou coffrant, poutrelles béton armé précontraint ou non, dalle de compression dans œuvre compris treillis soudé et armatures selon études béton armé et prescriptions du fabricant. Compris réservations et trémies.


Connaissances techniques

Test des connaissances techniques pour réaliser une maison

Étape 1 de 9

11%

PLANCHER ETAGE Modèle de maison à étage

Plancher hourdis :

  • Plancher préfabriqué avec hourdis béton ou coffrant et rupteurs de ponts thermiques, poutrelles béton armé précontraint ou non, dalle de compression dans œuvre compris treillis soudé et armatures selon études béton armé et prescriptions du fabricant, rupteurs thermiques périphériques.

MAÇONNERIE (de base)

Elévation maçonnée par blocs de béton agglomérés creux, hourdés au mortier. Les joints entre les blocs seront bourrés au mortier. Les ouvrages en béton armé, tel que chaînages verticaux et horizontaux, linteaux, raidisseurs seront coulés dans des blocs spéciaux, compris toutes sujétions.

Seuils de portes, portes fenêtres et coudières des fenêtres en béton préfabriqué.
Les murs du garage restent bruts de maçonnerie.

Pas de dallage prévu à l’extérieur.

GARAGE (plus value)

Le garage n’est pas compris dans le modele plein de pied. Il sera à rajouter si désiré en plus value.

FAÇADE (De base)

Les enduits extérieurs sont en mortier hydraulique d’épaisseur minimum de 15 mm projeté. Coloris suivant préconisation en mairie. Les tableaux des fenêtres et les sous-faces des linteaux seront en enduit finition grésé ( lissé ).

La finition des enduits de façade projeté est compris dans le modèle de base

FAÇADE (plus value)

Les finition d’enduits écrasé et gratté son en plus-value.

CHARPENTE

CHARPENTE (de base)

  • Dans le cas des combles perdus ou aménageables (selon plans), la charpente est constituée de fermettes en sapin espacées de 60cm environ, la section des bois étant déterminée par le bureau d’études. La pente et les débords de toiture figurent sur les plans, et sont conformes à la règlementation en vigueur sur le projet.
  • Dans le cas des rampants (selon plans), la charpente est traditionnelle (pannes et chevrons). Tous les bois sont traités par un produit fongicide et insecticide suivant les règles en vigueur.
  • Déborde de bas de pente, type droit, habillé sous rampants par frisette bois avec bandeau de bas de pente.

CHARPENTE ( Plus value )

  • Marquise
  • Frisette PVC
  • Déplafonné

COUVERTURE / ZINGUERIE

COUVERTURE (de base)

Dans le modèle de base d’une maison la fourniture et pose de couvertures en tuiles béton de type « Plein Ciel » de chez MONIER ou similaire.
Y compris écran sous toiture.
Y compris coupes, litelage, montée des matériaux et toutes sujétions. Y compris tuiles faîtières, tuiles d’about de faîtage, tuile de rive, tuiles chatières, tuile à douille.
Teinte selon prescription de la mairie.

COUVERTURE (plus value)

Fourniture et pose de couvertures en :

  • Terre cuite
  • Ardoise naturelle
  • Ardoise fibro-ciment

ZINGUERIE (de base)

L’évacuation des eaux de pluies se fait par des gouttières en galva 1⁄2 rondes posées sur des crochets de 25cm de développement, et des descentes en galva de Ø 80mm.

ZINGUERIE (plus value) :

Les cheneaux et descentes en sont en plus value dans les materiaux :

  • Zinc
  • Alu
  • Cuivre

Les dauphins en fonte sont en plus value.

MENUISERIES EXTÉRIEURES

MENUISERIES (de base)

  • Menuiseries extérieures en PVC blanc double vitrage 4/16 argon/4, avec vitrage à bords chauds (warm edge), poignées PVC blanc. Uw≤ 1,4
  • Menuiserie extérieures (baies) en Alu double vitrage 4/16 argon/4, avec vitrage à bords chauds (warm edge) Uw≤1,6
  • Dimensionnement suivant plans.

MENUISERIES (plus value)

  • Les menuiseries aluminiums
  • Baies supplémentaires
  • Baies à galandages

PORTE D’ENTREE (de base)

Porte d’entrée isolante en métal avec serrure 3 points (Ud ≤ 1.3). Porte sur garage isolante avec serrure 3 points (Ud ≤ 1)

VOLETS (de base)

Volets battants bois à barres, en sapin (ép.27mm) finition brute. Disposition selon plan.

VOLET (plus value)

  • Volet battants à barres en PVC

VOLETS ROULANTS (plus value)

Volets roulants blanc

  • aluminium
  • PVC
  • motorisé
  • manuel

Coffre intégré au linteau type Titan E28 isolé Uc ≤0,7 + isolation intérieure

  • Monobloc

PORTE DE GARAGE (de base)

Portail de garage métallique laqué blanc basculant 2.00m x 2.40m, non motorisé.

PORTE DE GARAGE (plus value)

Portail de garage métallique :

  • sectionnelle
  • Coulissante
  • Enroulante
  • Motorisée

GRILLES DE DEFENSE (de base)

Les défenses des châssis et les barres d’appui des fenêtres (si nécessaire) sont en barreaux métalliques droits.

VITRAGE ANTI-EFFRACTION (plus value)

Vitrage Anti-effraction.

MENUISERIES INTÉRIEURES

PORTESDE 73CM (DE BASE)

Portes de distribution courante de type Blocs portes alvéolaires de 40mm :

  • cadre dormant en bois sapin du nord, englobant la cloison.
  • porte à chants droits, âme alvéolaire, parement isogyl prépeint.
  • paumelles acier roulé.
  • bec de cane.
  • béquilles sur chaque face et platine de type Roissy de chez Hoppe

Porte à condamnation pour salle de bain et sanitaires.

PORTES SUPERIEUR À 73 CM (plus value)

Portes de distributions de 83 cm

Portes isolantes de:

  • 73cm
  • 93 cm
  • 83cm

TRAPPE

1 trappe d’accès aux combles étanche.

ESCALIERS (de base)

Dans le modèle de base d’une maison l’escalier en bois du Nord est compris dans les prestations (forme suivant plans).

ESCALIERS (plus value)

  • Escalier en béton
  • Escalier en acier

PLAQUISTERIE / ISOLATION

PLAFONDS

Plafonds suspendus de type Placoplatre BA 13mm sur rails métalliques.

CLOISONS INTERIEURE (de base)

Cloisons de distribution alvéolaire type Placopan (ép.50mm).
Cloisons hydrofuges dans salle de bains, cellier.
Y compris renforts d’angles, ratissage des joints et deux passes d’enduit.

CLOISONS INTERIEURE (plus value)

  • Cloison phonique type placostyle (ép. 72 mm)
  • Cloison de garage (ép. 16 cm)

Cloison Placostyl avec 1 face hydrofuge (ép.16cm), compris laine minérale de 140mm GR 32, R=4,35 (montage Optima ou similaire). A valider par l’étude thermique réglementaire.

DOUBLAGE DES MURS EXTERIEURS

Les murs périphériques sont doublés à l’intérieur sur la hauteur habitable par un complexe isolant constitué d’une plaque de plâtre de 13mm et d’un isolant en polystyrène 100mm TH 32 (R=3,15), le tout collé au mortier adhésif, représentant une épaisseur totale de 120mm (montage Optima ou similaire).
A valider par l’étude thermique réglementaire.

Les murs du garage ou du sous-sol sont bruts à l’intérieur, sans enduit ni doublage, ainsi que ceux des celliers intégrés au garage ou au sous-sol.

ISOLATION COMBLES

Isolation sous toiture avec de la laine soufflée type Comblissimo épaisseur 415mm (R= 9) pour les plafonds horizontaux,

A valider par l’étude thermique réglementaire.

ISOLATION DES PLANCHERS (de base)

  • Isolation en RDC du plancher ou dallage avec TMS 80mm (R=3,70)
  • Si garage situé sous partie habitable, isolation du plafond du garage avec laine minérale de100mm GR32+BA13 + rupteurs périphériques (sauf dans le cas d’un garage en sous-sol).
  • Prévoir isolation périphérique sur 60 cm en sous face du plancher intermédiaire (en complément desrupteurs).A valider par l’étude thermique réglementaire.

ISOLATION DES PLANCHERS (plus value)

  • Plancher chauffant à l’étage, isolation du plancher à l’étage avec TMS 30 mm ( R=1.30 )
  • Module double circuit obligatoire si : présence de 2 zones (plancher chauffant RDC et radiateur à l’étage ou plancher chauffant supérieur à 100 m2)

PLOMBERIE

ALIMENTATION ET DISTRIBUTION D’EAU CHAUDE ET FROIDE (de base)

La distribution se fera en tubes PER gainés.

La distribution de l’eau chaude sanitaire se fera à partir du ballon d’eau chaude ou cumulus installé, parallèlement au réseau eau froide, en tubes PER gainé.

EVACUATION

Canalisations encastrées en PVC série assainissement, pour vidange des appareils y compris té de dégorgement.

APPAREILS SANITAIRES ET ACCESSOIRES ( DE BASE )

  • Appareils sanitaires en céramique blanc.
  • Baignoire droite en acrylique.
  • Lavabo sur colonne vasque sur meuble dans la salle de bain.
  • WC avec réservoir 3/6L, cuvette, abattant, mécanisme silencieux à économie d’eau.
  • Evier grès blanc, en 120 avec 2 bacs et 1 égouttoir posé sur meuble évier en stratifié blanc.
  • Mitigeur chromé pour lavabo, évier et baignoire.
  • Branchement machine à laver, lave-vaisselle.
  • Robinet d’arrêt général à purge.
  • Canalisations encastrées.

APPAREILS SANITAIRES ET ACCESSOIRES (Plus value)

  • Douche à l’italienne
  • Baignoire d’angle en acrylique
  • WC Suspendu
  • Lave-main
  • Evier en Inox
  • Robinet de puisage
  • Sèche serviette eau
  • meuble SDB double vasque

VMC

VMC Micro-Watt Hygro B basse consommation dans WC, salle de bain, salle d’eau et cuisine. Modèle : Bahia optima microwatt marque Aldes ou hygrolix BBC marque Atlantic.

CHAUFFAGE (de base)

Sèche-serviettes électrique 750W dans la salle de bains de marque Atlantic type Organza avec un coefficient d’aptitude inférieur ou égal à 0.2

Pompe à Chaleur air/air mono-split Hitachi, dimensionnement en fonction des surfaces. Panneaux radiants 750W dans les chambres, marque Atlantic type Tatou avec un coefficient d’aptitude inférieur ou égal à 0,2.
Chauffe-eau thermodynamique positionne sur le plan, situe dans le volume habitable et raccorder à l’extérieur – (prise d’air et rejet) de marque : Atlantic type calypso – 200 Litres ou Calypso – 250 Litres.

CHAUFFAGE (plus value)

  • Radiateurs en acier, dimensionnement selon étude thermique.
  • Chauffage gaz assuré par une chaudière sans eau chaude sanitaire alimentée par le gaz de ville ou gaz citerne.
  • Pompe à Chaleur sans ECS type Alfea extensa ( ou similaire ) dimensionnement en fonction des surfaces . ( NB : Cette PAC inclus un Chauffe eau thermodynamique obligatoire.)
  • Chaudière gaz hybride alimentée par le gaz de ville ou gaz citerne.
  • Poêle à granulés
  • Plancher chauffant dans toutes les pièces
  • Plancher chauffant dans pièces de jours et radiateurs dans les chambres.

A valider selon l’étude thermique réglementaire.

CARRELAGE

CARRELAGE (de base)

Fourniture et pose de carrelage 33×33 en pose droite dans les pièces de jour, y compris plinthes assorties.
Chape lissée dans les chambres.

CARRELAGE SOL (plus value)

  • 45×45 cm
  • 60×60 cm
  • 80×80 cm
  • Pose de carrelage en diagonale
  • Pose décalé

FAÏENCE

Fourniture et pose de 7m2 faïence SDB teinte et modèle au choix, sans frise ni décor, selon gamme fournisseur.

FAÏENCE (Plus value)

  • m2 supplémentaire de faïence
  • modèle au choix.

BATI BAIGNOIRE

Fourniture et réalisation d’un bâti de baignoire pour pose de carrelage. Pose de faïence assortie sur bâti.

CARRELAGE POUR ESCALIER BETON (Plus value)

Carrelage escalier béton

ELECTRICITÉ

Pour répondre à l’obligation de moyen de suivi des consommations énergétiques, un pack conso RT2012 de type « Conso’Clic » sera installé.

OUVRAGE ELECTRICITE

  • Prise de télévision et prise de téléphone à positionner suivant plan
  • Le fil pilote de chaque appareil est ramené directement au tableau électrique et repéré.
  • Prises de courant à éclipse et douille en bout de fil pour point lumineux, appareillage encastré.
  • Installation complète comprenant : allumage, prises de courant, va et vient, points lumineux extérieurs.
  • L’installation de l’ensemble de l’appareillage sera à définir avec le client.
  • Ensemble terre + liaisons équipotentielles :
  • Prise de terre par conducteur de cuivre nu de 29mm2 minimum, en fouilles.
  • Liaison entre prise de terre et barrette de coupure.
  • Liaison équipotentielle des canalisations EF, EC, vidage, corps de baignoire, etc… soit toutes les parties métalliques susceptibles d’être utilisées par l’occupant.

CABLE D’ANTENNE TV

Câble d’antenne TV en attente dans les combles.

GAINE TECHNIQUE LOGEMENT (GTL)

Fourniture et pose d’une GTL de marque LEGRAND ou similaire, selon prescription fabriquant et normes en vigueur.

CONSUEL

L’entrepreneur du présent lot devra toutes les démarches nécessaires à l’obtention du consuel pour l’ensemble de la maison.

ALIMENTATION CHAUFFAGE

1 alimentation pour poêle à bois ou chaudière ou PAC, suivant le mode de chauffage du projet.

EQUIPEMENT RDC

ENTREE

  • 1 x 1 point lumineux type boîte point de centre commandé par un inter en VV ;
  • 1 x 1 point lumineux extérieur commandé par un inter en SA ;
  • 1 x 1 prise de courant 16A+T.

ESCALIERS

  • 1 x 1 point lumineux type boîte point de centre commandé par un inter en VV ;

WC

  • 1 x 1 point lumineux type boîte point de centre commandé par un inter en SA.

CUISINE

  • 1 x 1 point lumineux type boîte luminaire en attente, commandé par 1 inter en SA ;
  • 1 x 1 point lumineux, type boîte point de centre commandé par un inter en SA ;
  • 2 x 1 prise de courant 16A+T;
  • 4 x 1 prise de courant 16A+T à H=1,10m;
  • 2 x 1 prise de courant 20A+T (L V et four) ;
  • 1 x 1 prise de courant 32A+T (plaque cuisson) ;
  • 1 x 1 prise téléphone.

SEJOUR

  • 1 x 1 point lumineux type boîte point de centre commandé par un inter en VV ;
  • 1 x 1 point lumineux type boîte point de centre commandé par un inter en SA ;
  • 1 x 1 prise de courant 16A+T pour 4m2 à placer sur plan (minimum 5 prises) ;
  • 1 x 1 prise télévision ;
  • 1 x 1 prise téléphone.

GARAGE (plus value)

  • 1 x 1 point lumineux type boîte point de centre commandé par un inter en VV ;
  • 1 x 1 prise de courant 16A+T.

EQUIPEMENT R+1 Modèle de maison avec un étage

CHAMBRE 1

  • 1 x 1 point lumineux type boîte point de centre commandé par un inter en SA ;
  • 3 x 1 prise de courant 16A+T;
  • 1x1priseTV;
  • 1 x 1 prise réseau téléphone.

CHAMBRE 2 et suivantes

  • 1 x 1 point lumineux type boîte point de centre commandé par un inter en SA ;
  • 3 x 1 prise de courant 16A+T;
  • 1 x 1 prise réseau téléphone.

WC

  • 1 x 1 point lumineux type boîte point de centre commandé par un inter en SA.

SALLE DE BAIN

  • 1 x 1 point lumineux type boîte luminaire en attente, commandé par 1 inter en SA ;
  • 1 x 1 point lumineux, type boîte point de centre commandé par un inter en SA ;
  • 1 x 1 prise de courant 16A+T ;
  • Alimentation en attente pour VMC dans faux plafond.

COULOIR

  • 1 x 1 point lumineux type boîte luminaire en attente, commandé par 1 inter en VV ;
  • 1 x 1 prise de courant 16A+T.

AUTRES

  • 1 x 1 prise TV supplémentaire si la surface habitable est supérieure à 100m2.

EXTERIEUR (de base)

  • 1 x 1 point lumineux Plexo type boîte luminaire en attente, au-dessus d’une ouverture (position selon plan).

EXTERIEUR (Plus value)

  • Point lumineux type plexo type boîte luminaire en attente

Pour aller plus loin…

Pour faire vos choix en pleine conscience, je vous recommande la lecture de ce livre afin d’éviter les erreurs potentielles lors des choix constructifs se pressentant à vous. Mais aussi si vous en avez les compétences pouvoir suivre vous-même votre chantier.

Les finitions de l’enduit

Les types finitions

Pour réaliser une façade traditionnelle à la chaux sur une maçonnerie en ciment, il y a quatre types de finition de façade :

  • La finition projetée
  • Ecrasée
  • Gratté
  • Talochée

Le type de finition modifie : la façon de réaliser l’enduit, le cout de réalisation, les caractéristiques de l’enduit (dureté, esthétique…).

Le projeté

L’enduit projeté se réalise en deux couches.

Pour la première couche, le façadier projettera une quantité importante d’enduit sur la façade. Ensuite, il viendra lisser sa couche d’enduit à la lisseuse italienne et à la règle. Cette couche est appelée « le corps de l’enduit » il mesure environ 1 cm minimum d’épaisseur.

Pour réaliser la seconde couche le façadier équipera sa machine d’une buse spéciale. Cette buse permet d’écarter l’enduit de façade et produisant sur le mur un effet de petites piques.

Par rapport aux différentes finitions, l’enduit projeté est le plus économique. Il est aussi relativement solide. Par contre, son aspect avec des petites piques ne plait pas à tout le monde.

L’écrasé

La procédure de réalisation d’un enduit écrasé est la même que pour un enduit projeté. Seulement, pour un enduit écrasé, il y a une étape en plus. C’est qu’une fois les deux couches d’enduits ont été projetés, le façadier viendra « écraser » les petites piques de l’enduit. Cela créera une finition dite « écrasé ».

La finition écrasée est encore plus solide qu’une finition projetée. Elle est aussi un peu plus chère et plus esthétique. 

Le gratté

Comme les autres enduits, le façadier devra appliquer deux couches d’enduits. Mais cette fois à la deuxième couche le façadier viendra gratter la façade à l’aide d’un grattoir.

Cette finition donne un rendu lisse à la façade. A mon goût c’est la finition la plus esthétique de toutes. Elle est aussi plus chère que la finition « écrasé » ou « projeté ». L’enduit sera plus fragile que les deux autres finitions. Un coup de ballon ou un passage de brouette peuvent laisser sur l’enduit gratté leurs marques. 

La finition gratté donne un rendu ton plus foncé à la façade.

Le taloché

Afin réaliser un enduit taloché le façadier devra venir talocher l’enduit à l’aide d’une taloche soit en plastique soit en bois.

Je ne vois que des inconvénients à cette finition. Pour commencer, c’est la méthode la plus chère et la plus difficile à réaliser de toutes. Mais aussi, le fais de talocher ainsi l’enduit, a pour effet de tirer la laitance de celui-ci vers ça surface. La laitance est le constituant actif de l’enduit, elle se compose essentiellement de chaux et d’eau. Tirer la laitance (le liant) de l’enduit à sa surface à pour effet de ne laisser que le sable et les granulats contre le mur. Cela en définitif  affaiblie l’enduit. Un enduit avec une finition talochée aura tendance à se fissurer à terme. Le procédé de fabrication de l’enduit engendre ces fissures.

De plus, faire remonter la chaux à la surface de l’enduit va avoir pour effet de blanchir celui-ci. Par exemple, si vous avez choisi une couleur rouge pour votre façade vous allez vous retrouver avec une sorte de rouge blanchi.

Modénature

Faire réaliser une modénature consiste à réaliser, le tour des fenêtres d’une couleur différente.

En cas d’absence de volet bois sur une façade, les modénatures viendrons « habiller » la façade. 

Les modénatures sont souvent de couleur blanche en sur épaisseur et mesure 20 cm de large.

Cloison de 5 ou de 7 cm ?

Une cloison de 5 cm ou cloison de 7 cm ce n’est vraiment pas la même chose.

Car en effet la cloison de 5 cm d’épaisseur, le plâtrier va poser directement une plaque déjà près assemblé composé de deux plaques de BA 13 liées par du carton.

Alors qu’une cloison de 7 cm d’épaisseur, le plâtrier devra :

  • réaliser une ossature métallique
  • fixer sur cette ossature une première plaque de plâtre
  • disposer de la laine de verre entre les railles
  • et pour finir fermé la cloison avec la seconde plaque

L’ossature métallique de la cloison de 7 cm se compose :

  • d’un rail haut fixé au plafond.
  • d’un rail bas fixé sur le sol.
  • de rails verticaux disposé tous les 60 cm.

Avantage et inconvenant d’une cloison de 7 cm.

Premièrement, la solidité. On comprend facilement qu’une cloison composée une ossature métallique offre une solidité de meilleure qualité qu’une cloison assemblé avec du carton.

Autour d’une trémie d’escalier nous devons réaliser des cloisons de 7 cm. Car celles-ci protègent mieux des risques de chute…

Le deuxième avantage est l’isolation. Forcément, si vous disposez de la laine de verre entre les parois de la cloison. Vous obtenez une meilleur isolation thermique et phonique entre les pièces.

Mon avis

Je pencherais pour ma maison plutôt pour une cloison de 7 cm d’épaisseur. Le confort qu’elle procure par rapport à la plus value qu’elle engendre me semble largement compensé.

Toutefois, dans la vue d’un investissement locatif cette avis ce discute.

Doublage collé ou sur ossature métallique ?

Un doublage c’est quoi ?

Le doublage c’est ce qui va isoler la maison du froid. Dans une maison traditionnelle en agglo parpaing l’isolation se fait à l’intérieur.

Le doublage est composé d’une partie isolante plus une plaque de plâtre. La partie isolante peut être en laine de verre ou polystyrène.

Dans le cas d’un doublage collé sur la maçonnerie la plaque de plâtre ( BA 13 ) est solidaire de l’isolant. Le plâquiste viendra disposer des points sur le mur maçonné. Puis coller le complexe isolant plus BA 13.

Réalisation d’un doublage sur ossature métallique.

A l’inverse, le plaquiste devra monter une ossature métallique pour la seconde méthode. Cette ossature se compose :

Escalier en bois ou en béton ?

Un escalier en bois cela peut être sympa mais cela fait du bruit…

Un escalier en bois ai plus économique à l’achat. Cependant, il demandra peut être plus d’entretien à terme ( passer de la lasure ).

L’escalier en béton :

Réaliser un escalier en béton balancé peu de maçon savent le faire. Car en effet il faut réaliser une épure puis un calepinage. Si le maçon se lance dans la réalisation de l’escalier sans y avoir bien réfléchi. Il est probable que celui-ci ne se monte pas facilement.

Le maçon vous livrera l’escalier en béton brut de décoffrage ( avec des aspérités ). Il faudra donc l’habiller :

  • d’un BA 13 ( plaque de plâtre )sur sa partie inférieur
  • d’un carrelage sur sa partie supérieure

Donc il ne sert à rien de demander un maçon une finition lisse car c’est justement les aspérités du béton qui vont permettent la bonne accroche du carrelage et du MAP ( colle à plâtre ) pour le BA 13.

Mon avis

Je préfère un escalier en béton car plus stable.

Tuiles en béton ou en terre cuite ?

Qu’est ce qui différencie tuiles béton ou tuile terre cuite ? Eh bien simplement le matériaux dans lequel elle est fabriquée.

Vous vous dites que je ne vous ai rien appris jusqu’à là. Cela n’est pas faux.

Nous comparerons deux types de tuiles le plus utilisé en maison individuelle de la marque MONIER :

Alors, regardons les caractéristiques d’un matériaux par rapport à l’autre. Cela nous permettra de définir les avantages d’un type de tuile.

La tuile béton

Tout d’abord, il faut savoir que le béton n’est pas imperméable ! En effet, si vous réalisez par exemple une terrasse à l’extérieur. Vous allez vite vous apercevoir qu’elle va boire de l’eau. Ainsi la dalle béton devra être imperméabilisé (par un carrelage).

Alors, comment fait-on une tuile en béton alors que le béton est par essence perméable ?

Penchons-nous donc sur son mode de fabrication. Pour fabriquer une tuile en béton prenez du sable et du ciment. Mélangez les deux matériaux et ajoutez de l’eau. Versez le mélange pâteux dans un moule. Appliquez lui une pression afin que le mélange prenne la forme de la tuile. Démoulez et laissez sécher. Appliquez ensuite une peinture de la couleur que vous désirez.

En fait c’est cette peinture plastique qui va donner toute l’étanchéité à la tuile.

La fabrication d’une tuile en terre cuite est bien différente. Si vous avez fait un peu de poterie vous en connaissez le mode de fabrication. Car il est similaire.

Tuile béton plein ciel MONIER
Tuile béton plein ciel Fournisseur MONIER

Avantages et inconvénient tuiles béton ou tuile terre cuite.

Dès a présent nous pouvons donc apprécier qu’une tuile apparait plus noble qu’une autre. Car en effet la tuile terre cuite composée que d’un seul matériau : la terre. Ce matériau étant par essence imperméable.

Alors que la tuile en béton est un mortier rendu étanche par l’application d’une peinture plastique.

La tuile en terre cuite apparait donc environ 25 % plus chère qu’une tuile en béton.

Cependant, une couverture composée de tuiles doit être examiné dans son ensemble. Car en effet, nous devons jugé leurs comportement une fois assemblé les unes aux autres. Et là je dois dire que la tuile béton s’en sort plutôt pas mal.

Premièrement, ce que l’on demande à une couverture composé de tuiles c’est de nous protéger des éléments : la pluie, le ventsla neige, ect. Et là je dois dire que je donnerai un avantage à la tuile béton plein ciel.

Le type fabrication de la tuile en béton permet d’obtenir des tuiles identiques et homogènes. Ce qui donnera une fois assemblé un ensemble d’une surface lise réduisant la propagation des mousses et des moisissures. Mais aussi et surtout empêchant l’entrée de neige poudreuse en hiver.

Beaucoup de constructeur de maison individuelle dans les années 2000 – 2010 ont souffert de sinistre à cause de neige poudreuse s’infiltrant entre le galbe des tuiles. A cause de c’est sinistre. Les compagnies d’assurances ont décidé de rendre obligatoire la mise en place d’un écran sous toiture. Afin de résoudre ce problème.

La pénétration de neige se produisait notamment avec des tuiles en terre cuite à fort galbe telle la tuile en terre cuite GALLEANE 10.

MONIER garantie ses deux types de tuiles pour une durée de 30 ans contre le gel.

Tuile terre cuite fournisseur MONIER
Tuile en terre cuite fournisseur MONIER

Mon choix

Pour ma maison, je m’orienterai plutôt vers une tuile en béton. La tuile en terre cuite bien qu’étant plus noble et peut-être plus jolie semble réaliser une étanchéité moins parfaite. Il m’apparaît donc que dans le temps la plus value payé à l’achat ne soit pas pleinement justifier.

Dans cet article je parle du fournisseur de tuile MONIER mais, vous pouvez très bien aller voir son concurrent direct qui est IMERYS ou d’autre fabriquant de tuile…

Avez-vous les connaissances nécessaire pour gérer suivre vous-même la construction de votre maison. Faites le teste !

Vide sanitaire ou dallage sur terre plein ?

Qu’est-ce que c’est un vide sanitaire ? Qu’est-ce que c’est un dallage sur terre plein ? Quelles sont les différences entre vide sanitaire ou dallage sur terre plein ? Nous allons répondre à ces question dans cet article.

Déjà il faut savoir de quoi on parle ! Ici nous parlons de maçonnerie. Et nous parlons de deux méthodes différentes pour réaliser la dalle du rez-de-chaussé d’une maison.

Nous ferons remarquer que le vide sanitaire est plus chère que le dallage sur terre plein , mais qu’il apporte des avantages certains.

Quelle est la différence fondamentale entre un vide sanitaire et un dallage sur terre plein ?

En fait, le maçon fait un raccourci quand il nomme les deux façons de réaliser la dalle du rez-de-chaussé. Il devrait plutôt poser la question ainsi : voulez-vous que votre dalle en béton repose directement sur le sol, ou qu’il y ait un espace entre votre dalle et la terre ?

Si vous répondez « Je préfère qu’il y ait un espace entre ma dalle et la terre », il vous réalisera un plancher porté grâce à des poutres venant s’appuyer sur des poteaux puis sur les fondations de la maison. Il y aura donc un espace vide entre la terre et le plancher du rez-de-chaussé de minimum 50 cm.

Par contre, si vous lui répondez que vous voulez faire au plus économique, le maçon fera reposer la dalle directement sur la terre. C’est ce que l’on appel un dallage sur terre plein.

Pourquoi le vide sanitaire est plus chère ?

Après la définition que nous avons faite si dessus, nous comprenons aisément qu’il est bien plus coûteux de réaliser une dalle avec un système de poutrelles, de hourdis et reposant sur des poutres et des poteaux que de réaliser cette même dalle coulée à même le sol !

Quels sont les avantages de faire réaliser un plancher sur un vide sanitaire ?

Un plancher sur vide sanitaire permet de vous isoler du sol. C’est à dire comme votre dalle ne touchera pas directement le sol, l’humidité ou l’eau ne pourront pas remonter par capillarité, contrairement à ce qui peut se produire avec un dallage sur terre plein.

Ainsi, un plancher sur un vide d’aire vous coupe d’éventuelles remontées d’eau. Mais pas seulement. Si vous coulez une dalle directement sur la terre. De petites bêtes (vers de terre, fourmis et autres chenilles) pourraient être tenté de se faufiler et à rentrer à l’intérieur de la maison par ce biais… Et oui.

Sans compter, lorsque il y a un vide d’aire sous la dalle de sa maison, et bien l’isolation thermique est grandement amélioré. Et il en va de même pour la sensation de froid que l’on peut ressentir dans les pieds voire les jambes.


Connaissances techniques

Test des connaissances techniques pour réaliser une maison

Étape 1 de 9

11%

Un dallage sur terre plein a un autre inconvénient par rapport à un plancher sur vide sanitaire. C’est que un terre plein peut être amener à se tasser un peu avec le temps. Et comme votre dalle repose directement dessus. Vous risquez vous retrouver après un an ou deux ans. Avec votre dalle qui aura légèrement tassé. Ainsi apparaîtra entre le pied de vos plinthes et le carrelage du sol un léger jour…

Le dernier avantage d’un vide sanitaire c’est que vous pouvez y aller ! Hé oui. Vous allez me dire cela sert à quoi de pouvoir accéder à un endroit exigu et non éclairé. Un endroit dans lequel il faut ramper pour s’y déplacer. Car un vide sanitaire ne mesure souvent pas plus haut que d’une cinquantaine de centimètre. Hé bien, je vous répondrez que cela change tout ! Cela change tout notamment quand vous avez un problème sur l’évacuation de vos eaux usées. Cela change tout aussi si vous désirez dans crée un nouveau WC ou douche là ou il en avait pas. Car grâce au vide sanitaire, vous allez pouvoir : Dans un cas aller réparer l’évacuation d’eau usée et dans l’autre crée une nouvelle évacuation. Et admettez que cela change tout !

Vide sanitaire ou dallage sur terre plein : En résumé

Avec un dallage sur terre plein vous risquez d’avoir :

  • Plus de remontées d’eaux notamment par capillarité.
  • Un plus grande possibilité d’intrusion d’insectes.
  • Plus de chance d’avoir un tassement de la dalle.
  • Ne pas pouvoir accéder sous le dallage.

Quand est préconisé d’investir dans un plancher sur vide sanitaire ?

Sincèrement, si ferai construire une maison pour moi et en comptant l’habiter pendant une longue période. je serai plus enclin à investir dans un plancher sur vide sanitaire.

A contrario, si je m’oriente plutôt vers un investissement locatif dé-fiscalisant. Dont le but à terme de revendre la maison au bout de 12 ans. Je pencherai plutôt vers la solution la plus économique. Et donc la réalisation d’un dallage sur terre plein.

Toutefois, l’objet de l’investissement n’est pas le seul paramètre qui doit influencer votre choix. En effet, un dallage sur terre plein conviendra mieux à un terrain sain et perméable.

Vide sanitaire ou dallage sur terre plein
Maison avec les fondations inondées

Il faut savoir que lorsque on réaliser le terrassement d’une maison on va forcément creusé ne serais que pour mettre le terrain à plat. Et donc par la force des choses comme l’eau allant toujours vers les point bas, vous risquez d’avoir de l’eau ayant tendance à venir vers votre maison.

Cela sera un moindre problème si votre terrain est perméable. C’est à dire que l’eau s’infiltre facilement dans le sol. Les sols perméable sont souvent composés de sable et de cailloux.

A l’inverse si votre sol est imperméable, c’est à dire que l’eau s’infiltre difficilement ( comme sur la photo ci dessus ). Il sera préférable se partir sur une solution avec plancher un vide sanitaire. Cela vous permettra d’un part de surélever la maison par rapport au terrain. Et d’autre part de réaliser une plus grande séparation de votre partie habitable avec le terrain. Les sols imperméables se composent souvent d’argiles ou de glaises.

Pour déterminer si votre sol est perméable ou non. Il y a une solution simple. Déplacez vous sur le terrain un jour de pluie. Si vous constatez que l’eau de pluie à tendance à s’infiltrer dans le sol c’est que votre terrain est perméable. Si vous constatez que des flaques d’eaux de pluie se crée, c’est que votre terrain est plutôt imperméable.

Pour aller plus loin…

J’espère que cet article vous a plu. Si vous souhaitez acquérir de plus ample connaissances. Vous permettant de réaliser vos investissements sans vous faire avoir. Je vous conseille la lecture de ce livre et de suivre ce programme de formation. Ainsi pour un prix négligeable, vous pourrez être un investisseur averti. Vous évitez ainsi de lourde erreurs.

Les étapes de construction d’une maison

Les étapes de construction d'une maison individuelle

Alors, définissons ensemble les grandes étapes de la construction d’une maison individuelle, qui sont assez simples :

  1. Le choix du terrain
  2. Le choix du modèle de maison
  3. L’adaptation du modèle de maison à ses envies et à la configuration du terrain
  4. Le dépôt du permis de construire
  5. La construction de la maison
  6. Le déménagement…

Cela vous parait trop simple ? Vous avez raison. Alors rentrons dans les détails.

Surtout que ce schéma s’appliquer si vous passez par un constructeur de maison. Cependant si vous désirez passer par un architecte ou diriger vos travaux par vous-même. Vous allez devoir connaître avec précisions les étapes de construction d’une maison.

Des boucles rétro-actives

Boucles rétro-actives

Le problème des schémas vu plus haut, c’est qu’ils ne vont pas retracer pas fidèlement le chemin que vous devez entreprendre pour arriver à construire votre maison. Pourquoi ?

Parce que ce n’est le terrain conditionne le choix de votre maison. Mais c’est votre projet, vos besoins, votre financement qui conditionne le choix de votre terrain.

Le problème c’est quand vous voyez un terrain à la vente. Le vendeur et vous-même ne savez pas toujours comment exploité au mieux les possibilités que vous offre le terrain en fonction des règles constructives.

Il vous faudra faire faire « étude de faisabilité » ou « Avant Projet Sommaire » afin de savoir ce que vous pouvez construire ou non sur le terrain.

Puis en fonction de cette « étude de faisabilité » vous devrais :

  • Adapter, faire des concessions et modifier le projet
  • Ou choisir un autre terrain

Voyons ce parcours plus en détails.

  1. Donc, après avoir choisi votre terrain, vous vous rendrez chez le notaire pour signer un compromis.
  2. Puis vous déposez le permis de construire,
  3. Pour ce faire, vous récupérez auprès du vendeur de terrain : le plan de bornage, le plan cadastral et le plan local d’urbanisme.
  4. Avec l’aide du dessinateur / métreur / architecte et après l’étude des règles d’urbanisme vous choisirez un modèle de maison.
  5. Le dessinateur / métreur / architecte vous établira le permis de construire.
  6. Vous déposerez ce permis de construire en mairie.
  7. Puis, avec les plans du permis de construire, vous réalisez l’étude de sol  et l’étude thermique.
  8. Ces études vous permettront d’arrêter vos choix concernant la maçonnerie, le choix du mode de chauffage et l’isolation.
  9. Puis vous devrez arrêter les choix de disposition à l’intérieur de la maison.
  10. En fonction des choix, le dessinateur/métreur pourra vous établir les plan d’exécution et les métrés de la maison.
  11. Ensuite vous-pourrez envoyez l’ensemble des plan d’exécution et les métrés aux des artisans intervenant sur votre maison.
  12. Les artisans vous répondront par des devis comprenant le chiffrage des fournitures et la pose de celle-ci, ainsi de leurs attestation assurances décennales.
  13. Grâce aux devis, vous pourrez consulter une banque ou un courtier afin obtenir un prêt pour financer l’opération.
  14. Une fois votre crédit accordé, vous pourrez retourner signer l’ensemble des devis aux artisans et aux fournisseurs.
  15. Enfin, vous pourrez démarrer votre chantier…


A votre avis, combien il y a t'il en moyenne de temps entre le dépôts du permis de construire et le démarrage des travaux ?


Les étapes de construction d’une maison : définir son projet

Définir l’enveloppe financière à allouer au projet

A mon sens la première des choses qu’il faut définir c’est le montant que vous souhaitez allouer à votre projet. Ci-après vous trouverez un petit simulateur pour vous aider à définir ce montant.

Aide à la définition de l'enveloppe budgétaire du projet

Étape 1 de 2

50%
  • Si vous menez ce projet seul ne remplissez pas cette case.

Définir la zone géographique ou l’on souhaite s’établir.

La seconde étape sera de définir où vous souhaitez habité. Cette étape va influé grandement sur le prix de votre terrain (Prix du foncier). En fonction de ce choix vous pouvez avoir une grande disparité dans les prix d’un terrain :

  • à la ville ou campagne
  • au soleil ou à l’ombre
  • avec une vue dégagée ou non
  • à côté d’une usine ou à côté d’une forêt…

Définir ses besoins

De quoi avez-vous besoin ?

  • Combien de M2 habitable vous faut-il ?
  • Deux chambres ou trois chambres ?
  • Combien de personnes habiteront la future maison ?
  • Avez-vous besoin d’un garage fermé, de deux, de trois de quatre ?
  • Combien de place de parking ?
  • Vous faut-il un atelier pour travailler ?
  • Avez-vous beaucoup d’affaire à stocker ?

Définir vos envies

Vos envies sont les choses qui ne vous sont pas forcément nécessaire mais dont vous aimerez bien qu’elle fasse partie de votre projet.


Trouver son terrain

Une fois que vous avez pu définir une enveloppe budgétaire approximative, que vous connaissez la ou bien les zones où vous souhaitez faire construire, que vous avez défini vos besoins et vos désires vous allez pouvoir vous lancer dans la recherche du terrain.

Pour trouver ce fameux terrain tous les moyens sont bons :

  • les sites d’annonces immobilier « le bon coin », « paru vendu », « se loger »
  • faire le tour des agences immobilières des zones concernées en expliquant son projet
  • se balader à vélo et guetter les panneaux à vendre
  • aller voir les programmes de constructeurs de maison individuelle
  • aller voir les lotisseurs

Bref, il y a un boulot. Trouver un bon terrain et la bonne affaire cela n’est pas simple et il ne va pas tomber du ciel. Il vous faudra du courage et de la perspicacité.

Se former

Construire une maison traditionnelle (en parpaing ou en brique) sans savoir ce qu’est un vide sanitaire. Je pense est une erreur. Que l’on veuille passer par un constructeur de maison ou non.

Soit on s’intéresse à comment va être construite sa future maison et donc on se renseigne avant d’acheter.

Soit cela ne nous intéresse pas et dans ce cas il sera préférable d’acheter une maison déjà construite.

-> Bien monter son dossier

Les étapes de construction d’une maison:

  • l’ étape numéro 1 c’est de bien concevoir le projet en profondeur. On ne va pas se mentir, le chemin pour réaliser une maison est long. Et à mon sens, le temps à consacrer à l’étude de sa maison et à l’instruction de son dossier doit être égal au temps de construction de celle-ci. Si le temps de l’étude et de la réflexion est négligée, cela débouchera sur des problèmes futures.

Nous veillerons donc à prendre notre temps avant de faire nos choix, et à peser chaque décision. Car il est entendu que construire sa maison c’est avant tout avoir le plaisir d’élaborer ses plans, de penser les matériaux et d’avoir le luxe de faire ses choix.

En sachant que l’on aura bien à l’esprit qu’il y a un temps pour tout. Un temps pour se poser des questions, faire des recherches sur ce que l’on souhaite, élaborer et concevoir les plans, puis un second temps : celui de la construction.

Parce qu’une fois ses décisions arrêtées et les plans réalisés, il sera trop tard pour changer d’avis. En effet, refaire faire des plans coûte de l’argent, et faire des modifications en cours de chantier complique la réalisation de la maison. C’est aussi une source de malfaçon.

Nous apprécions le parcours en lui-même, car le bonheur se trouve bien dans l’arpentage du chemin.

Pour aller plus loin…

Pour faire vos choix en pleine conscience, je vous recommande la lecture de ce livre afin d’éviter les erreurs potentielles lors des choix constructifs se pressentant à vous. Mais aussi si vous en avez les compétences pouvoir suivre vous-même votre chantier.


Calcul du prix d'une maison : MODELE PLEIN PIED

Étape 1 de 7 - Le modèle de maison

0%
  • Veuillez saisir un nombre entre 65 et 250.
    Entrez le nombre de mètres carrés habitables que vous désirez.
  • Le nombre de mètre carré habitable va nous permettre de calculer le prix du modèle de base.

    A ce modèle de base vous pourrez ajouter des options en fonction de vos réponses. Le premier choix est compris dans le modèle de base de votre maison. Par contre le deuxième voire le troisième choix viendrons ajouter une plus value au prix de votre maison...

    Pour savoir qu'est qui est compris dans ce modèle de base lisez le descriptif.

    Modèle de base d'une maison


Comment construire sa maison soi-même ?

Pourquoi construire sa maison soi-même ?

Faire construire sa maison est un choix pertinent pour habiter dans un logement neuf. D’autres préfèreront faire le choix d’acheter une maison déjà construite par une tierce personne. Si vous voulez faire construire votre maison, se présentent à vous de multiples moyens pour y parvenir. Et les choix à faire seront nombreux. Choix de la localité, choix du terrain, du modèle de maison, des matériaux et des méthodes de construction. Pour tous ces choix, je vous apporterai et partagerai mon point de vue en abordant des thèmes comme l’argent, l’écologie, la durabilité etc. Un choix peut se faire de façon rationnelle, avec sa tête et après l’examen attentif de différents paramètres. Mais un choix peut aussi être effectué de façon irrationnelle avec le cœur ; la passion doit pouvoir aussi s’exprimer lors un projet de construction.

Il faudra donc doser entre passion et raison pour parvenir à votre but : construire une maison, Votre maison.

Faire des choix, c’est toujours compliqué. Pourquoi ? Parce que un choix est en définitive une projection vers l’avenir. Et l’avenir est par définition incertain. Il y a donc dans un choix toujours une part d’incertitude. Alors pour se rassurer, on serait tenté de prédire le futur. Or la meilleure façon de prédire le futur reste encore de l’organiser.

Si vous allez voir un voyant et qu’il vous prédit que vous allez devenir riche et que vous croyez sincèrement en sortant du rendez-vous qu’il a raison, votre comportement évoluera à ce titre. Vous vous mettrez ainsi à jouer tous les jours au loto, afin que votre destinée s’accomplisse. Il est fort probable, après des années, que vous allez constater que le voyant se soit trompé, et que vous vous appauvrissez jour après jour. Le nombre de perdant au loto est en effet bien supérieur au nombre des gagnants. Toutefois, si sorti du rendez-vous vous organisez votre vie pour épargner chaque mois et investir dans vous-même et dans vos entreprises, il y a de fortes chances pour qu’au fil des années vous accumuliez une certaine richesse.

Une vie donc, ça se projette, ça s’organise et ça se construit. Gérer la construction de votre maison vous-même, c’est un bon choix car en définitive votre maison, c’est votre affaire et il est important de s’occuper de ses affaires car personne d’autre que soi-même ne sait ce qui est bon pour soi et pour sa famille.

Construire sa maison soi-même le prix

Parmi les différentes motivations à construire sa maison soi-même, il y a le coût global de celle-ci. Les autres motivations peuvent être :

  • la fierté de suivre son chantier
  • la liberté de gérer ses affaires soi-même
  • la communication plus direct avec les artisans et autres acteurs du chantier
  • le prix
  • éviter certaines erreurs, de transmissions d’information
  • garder l’accès à sa maison pendant la construction

Construire sa maison soi-même peut répondre à ces désires.


Connaissances techniques

Test des connaissances techniques pour réaliser une maison

Étape 1 de 9

11%

Les acteurs pouvant vous construire votre maison

Si vous le voulez bien, poursuivons par voir ce que nous proposent les différents métiers auxquels vous pouvez faire appel pour faire construire votre maison…

Selon que vous vouliez être plus au moins assisté dans la construction de votre maison, vous pouvez vous adresser à différentes personnes pour élaborer votre projet. Nous allons voir ensemble les métiers opérant dans le secteur de la  construction de maison individuelle. Je vous donnerai mon avis subjectif sur cette profession (cette avis n’engage que moi).

Le promoteur :

En bref, le promoteur achète un grand terrain qu’il divise. Puis il vend le terrain divisé (un lot) avec son projet à construire. Le client paye sa maison au fur à mesure qu’elle se construit.

L’avantage c’est que le projet est ficelé. En revanche le prix, le modèle de maison, les matériaux sont définis par le promoteur. Peu de choix est laissé au maître d’ouvrage (le maître d’ouvrage c’est celui qui paye, le client, l’acheteur). Les maisons sont souvent similaires. Le but du promoteur est de réaliser une opération immobilière rentable. Il mettra en oeuvre des matériaux peu onéreux. Puis il tentera de vendre la maison le plus cher possible. Cependant, comme dans toute chose vous trouverez des promoteurs qui réalisent des ouvrages de qualité et qui aiment profondément leur métier.

Je vous donne un exemple : Dans le Rhône à 45 min du centre de Lyon, je connaissais un promoteur qui a acheté un terrain 550 000 €, pour une surface de 3500 m2 de terrain.  Il l’a divisé et a construit 10 maison sur ce terrain. Chaque maison lui a coûté la somme de 100 000 € à construire. La route en goudron du lotissement lui a couté 150 000 €. Donc l’opération globale lui à coûté 1 700 000 €. Il à revendu les maison en moyenne 270 000 € soit 2 700 000 € en total environ. Ce promoteur a donc dégagé une marge de 1 000 000 € au total pour avoir fait l’opération. Il a travaillé sur cette opération pendant deux ans à deux voire trois personnes.

Ce promoteur a réussi a faire une belle opération. Les choses ne se font par hasard, il connaissait parfaitement le marché immobilier de la commune. Il a su acheter son terrain peu cher et déployer une force et des méthodes commerciales de vente adaptées. 

Le constructeur :

Il réalise des maisons pour le compte du maître d’ouvrage, mais n’achète pas le terrain.

Le maître d’ouvrage aura plus de choix : choix des matériaux, des modèles de maison, des méthodes de construction… Le constructeur négocie fortement les prix avec les artisans (voire impose les prix). Il vous revend, les prestations des artisans en appliquant une marge minimale de 30 %, ce qui lui permet de rémunérer les commerciaux, les secrétaires et le conducteur de travaux. Si vous prenez des options sur votre maison ou que vous souhaitez faire une modification sur votre contrat C.M.I. comme par exemple passer les débordes de toit en PVC, il se peut que votre constructeur applique une marge de 50 % sur cette option car cela lui permet d’augmenté sa rentabilité. 

En partant du principe que vous prenez quelques options sur votre maison, en général donc pour 100 000 € acheté à un constructeur, il y a 70 000 € environ de prestation des artisans. Le coût du constructeur atteint donc environ 30 000 €.

Le lotisseur :

Réalise des lotissements. Il achète un grand terrain qu’il divise en lots. Il réalise la route et les viabilité (edf, eau, égouts…), puis revend lots par lots.

Le maître d’ouvrage pourra choisir de construire comme bon lui semble sur son terrain avec qui il souhaite. On veillera, lors de l’opération d’achat d’un terrain à un lotisseur, à vérifier ce  que fait exactement le lotisseur et où s’arrêtent ses prestations. 

L’architecte :

Il réalise des plans et le suivi de travaux pour un maître d’ouvrage. Pour le suivi de travaux, sa prestation se chiffre en pourcentage des travaux (compter 12 % environ).

L’architecte a des qualités indéniables dans la conception des plans et la création d’un bien atypique. C’est un artiste, et recherchera le beau. L’architecte aura plus de mal dans la réalisation et le suivi du projet. Car le suivi de travaux demande des qualités de chef de guerre et de meneur d’homme, qu’un artiste aura du mal à fournir. L’architecte ne négocie peu les prix des artisans. De ce fait, le coût final des travaux peut se révéler plus élevé.

Le maître d’oeuvre :

Son rôle est identique à celui de l’architecte, mais la profession de maître d’œuvre n’est pas réglementée. Le maître d’œuvre a pour rôle la conception, les études, le suivi et la coordination des travaux. L’architecte est donc, par excellence, un maître d’œuvre.

Ancien conducteur de travaux ou ancien vendeur de maison individuelle à leur compte, souvent les maîtres d’oeuvre sont des « vieux de la vieille » dans le bâtiment ou la maison individuelle. Vous pouvez trouver votre bonheur en vous adressant à un maitre d’oeuvre.

Se faire mettre à la porte de sa propre maison !

Construire sa maison soi-même

Sur un chantier, il ne peut y avoir qu’un seul chef ! Les familles ayant choisi de faire construire leur maison par un constructeur de maison individuelle se trouvent exclues de leurs projet pendant la construction. En effet, on appelle cela « faire construire clef en main ».

Alors concrètement, comment cela se passe quand vous achetez une maison chez un constructeur de maison individuelle ? Vous choisissez un terrain, puis un modèle de maison, puis les options et les choix (tuiles, carrelages,…). Puis le constructeur dépose le permis de construire et construit la maison. Vous avez deux ou trois rendez-vous avec le conducteur de travaux pendant la construction. Une fois la maison achevée, il vous faudra régler la totalité des travaux pour obtenir vos clefs. Et ensuite seulement, vous pourrez vous installer à l’intérieur de votre maison. 

Dans ce processus vous serez uniquement des observateurs de votre chantier et ne pourrez intervenir. Cependant, en voyant votre maison en définitive se construire sans vous, vous générera de l’anxiété. De plus parfois, vous vous apercevrez d’un défaut ou d’une certaine modification a faire sur la maison mais cela ne sera pas possible ou très compliqué car vous n’aurez pas accès à votre chantier et vous serez contraint de passer par votre intermédiaire : « le constructeur ». Cet intermédiaire ne fait que compliquer les choses. En effet, quand vous passez par un intermédiaire, l’information que vous lui transmettez, va être nécessairement modifiée ou pire non transmise a l’entreprise concernée. Parfois l’intermédiaire va mettre trop de temps pour transmettre l’information, et l’erreur ne pourra plus être corrigé.

Construire sa maison soi-même vous permettra d’éviter cet écueil.

Les avantages à construire sa maison soi-même

1/ Savoir ce qu’on achète !

Construire sa maison soi même permet en effet de mieux savoir ce que l’on achète. En effet, j’ai pu remarquer, au cours de mes années en qualité que conducteur de travaux en maison individuelle, que les gens qui font construire maîtrisent mal ce qu’ils achètent chez un constructeur de maison individuelle. Et je dirai même pire : les vendeurs de maison ne savent pas ce qu’ils vendent !

Conseiller un client dans le but qu’il achète une maison fait appel à de nombreux connaissances techniques et économique, pour autant la difficulté du secteur de la maison individuelle à croitre et la précarisation grandissante des métiers ( via l’auto-entreprise et les contrats CDD ) ne va pas dans le sens de vendeurs en maison individuelle mieux formés et pouvant bien informer leurs clients. 

L’intérêt du vendeur de maison n’est pas forcément l’intérêt de celui qui achète la maison. Le bon vendeur de maison sait que l’information inquiète les acquéreurs car l’information soulève des questions et bizarrement génère donc des doutes chez la personne qui achète une maison. Et parfois, l’acquéreur, plutôt que de trouver une solution et faire face au problème, préfère se retirer de leur projet. Alors, que si l’acquéreur s’engage envers le constructeur de maison, dépose un permis de construire et verse des acomptes, il sera davantage à même d’affronter ledit problème plutôt que de s’en défausser… Pour ces raisons, les vendeurs de maison individuelle tentent « de ne pas en dire trop » sur les techniques de réalisation. 

De plus, le vendeur de la maison, à partir du moment où le client à signé que le contrat de construction CMI, n’a plus de relation avec celui-ci. Donc si il y a des problèmes ou des non-dits, ce ne sera pas au vendeur de les régler en faisant face au client…

Pour ces raisons, nombre de personnes passant par un constructeur sont surpris au fur et à mesure de la construction de leur maison des prestations non comprises dans leur contrat initial. La réputation, les rumeurs propagées sur les constructeurs de maison individuelle ne s’auto-génèrent pas elles-mêmes ; elles puisent leurs sources dans les phénomènes expliqués ci-dessus. 

2/ Construire sa maison soi-même une méthode différente

Une des motivations profondes qui m’ont incité à écrire ce livre, et à créer la formation qui l’accompagne, est d’offrir une autre voie aux personnes souhaitant faire différemment et par elles-mêmes. 

En effet, ce que je propose de vous donner est la capacité de gérer la construction de votre maison par vous même : d’acheter un terrain, de missionner les artisans et de suivre vous même la construction de votre maison.

Car pouvoir avoir un contact direct avec les artisans me parait en définitive la meilleure façon d’aborder la construction d’une maison. En effet, lorsqu’il est question de s’occuper de ses affaires, je pense que l’on n’est jamais mieux servi que par soi-même…

Attention, suivre ses travaux soi-même ne s’adresse pas à tout le monde. Il vous faudra avoir la tête sur les épaules, et veiller à ne pas vous disperser. Pour autant, avec un peu de rigueur et grâce à ce livre et la formation qui l’accompagne, si l’envie de suivre vos travaux vous séduit cela est tout a fait possible. 

Et je pense d’ailleurs qu’en définitive, la meilleur personne pour suivre ses travaux c’est vous-même, le client. Car c’est simplement vos affaires, et votre maison en définitive.

3 / De la proximité entre le client et son chantier

Construire sa maison soi-même c’est aussi accéder plus directement à son chantier : Parler directement avec le dessinateur ou l’artisan qui réalise la maison simplifie la transmission des informations et la réalisation des choses en définitive. De plus, personne ne connaît mieux que l’artisan comment on réalise un ouvrage. Car c’est en faisant que l’on sait…

Le marché de la maison individuelle est un secteur très concurrentiel. Les ventes en 2019 son en berne, et donc le rapport de force est clairement en faveur des clients. La concurrence est une bonne chose en soi, mais il y a un revers à cette médaille : trop de concurrence peut amener à tirer les prix trop bas et cela peut nuire au final à la qualité des ouvrages réalisés.

Dans ce climat, les constructeurs de maison se battent pour payer toujours moins cher leurs sous-traitants. Et vu que le client est tenu à distance de son chantier, et qu’il ne sait pas non plus à quel prix sont sous-traités les travaux, donc tout semble permis.

Re-mettre de la proximité entre le client et l’artisan, voila la solution évidente et évitant ses dérives.

Construire sa maison soi-même Oui ! Mais avant tout il faut bien préparer son projet de construction

Toutefois, construire sa maison soi-même vous demandera d’y être bien préparé et je vous conseil d’acheter une de mes petites formations de mon crue afin de vous y préparer au mieux à la construction de votre maison.

Elles sont découpées en blocs et sur différents supports (livre, vidéo…). Toutefois, je vous conseille d’acheter le pack regroupant l’ensemble de la formation, car cela est plus avantageux financièrement. Ce PACK FORMATIONS comprend :

CE PACK, je vous le propose au prix de 135 € au lieu de 225 €, si vous achetez chacun des produits séparément, soit 40 % de réduction !

D’autres choses que l’on peut faire soi-même.