Les oublies dans le chiffrage d’une maison

Les oublies dans le chiffrage d’une maison représente 50 % des litiges entre client et constructeur…

Les oublies dans le chiffrage d’une maison représente 50 % des litiges entre client et constructeur…

J’ai pu remarquer, au cours de mes années en qualité de conducteur de travaux en maison individuelle, que les gens qui font construire maîtrisent mal ce qu’ils achètent chez un constructeur de maison individuelle. Et je dirai même pire. Non seulement les clients ne savent pas ce qu’il achète. Mais il y a aussi les vendeurs de maison ne savent pas ce qu’ils vendent !

Les oublies dans le chiffrage d’une maison parce que les vendeurs ne disent pas tout.

Vendre une maison est un art des plus difficiles qui soit.

Les intérêts du vendeur de maison n’est pas forcément l’intérêt de celui qui achète la maison. Le bon vendeur de maison sait que évoquer trop de détails techniques peut inquiéter l’acquéreur. Car en effet parler de technique soulève des questions sur le projet. Par extension les questions génèrent des doutes.

Alors que les acquéreurs pour se lancer dans un l’achat doivent être dans un état d’euphorie. Leurs parler de technique c’est mettre les acquéreurs en face de problème donc en face de doute. Et un acquéreur qui doute, qui s’inquiète est un acquéreur qui se rétracte.

Pour ces raisons, les vendeurs de maison individuelle tentent « de ne pas en dire trop » sur les techniques de réalisation. 

A contrario, une fois engagé dans le projet de construire l’acquéreur pourra plus difficilement se désengager. En effet, si l’acquéreur s’engage envers le constructeur de maison, dépose un permis de construire et verse des acomptes. L’acquéreur devra affronter lesdits problèmes plutôt que de s’en défausser…

Les oublies dans le chiffrage d’une maison parce que les vendeurs sont incompétents.

Conseiller un client dans le bût qu’il achète une maison est une tâche difficile. La construction d’une maison faisant appel à de nombreux métiers, connaissances techniques et financières. Il pour construire une maison au minimum une dizaine de corps d’état : terrassier, maçon, charpentier, menuisier, plâquiste, plombier, électricien, carreleur, peintre… Mais aussi les métiers de l’étude : architecte / dessinateur, étude de sol, viabilité, étude thermique, métreur… Sans parler d’un accroissement constant des normes et lois, régentant toujours plus l’acte de construire et souvent en dépit du bon sens. Bref autant vous dire que le vendeur a intérêt d’être bien « calé » pour bien conseiller un client…

Pour autant secteur de la maison individuelle est en difficulté. Les ventes de maison sont en berne. La concurrence entre les différents acteurs fait rage. La dessus, mettez le délitement de la protection du travail et du travailleur. Engendrant une précarisation grandissante des métiers ( via l’auto-entreprise et les contrats CDD ) ne va pas dans le sens de vendeurs en maison individuelle mieux formés. Ayant par la même la capacité de bien conseiller leurs clients.

Quand aux vendeurs qui sont bien formé. Ils ont était bien formé, OUI ! mais à vendre, pas à construire des maisons. En effet, ces vendeurs sortent des écoles de commerce. Très peu sont issu du chantier et savent ce qu’est réellement comment une maison est construite.

De plus, dans les grande entreprise moderne il y a de nos jour une prime à l’irresponsabilité. Vous savez c’est le  » c’est la faute de l’autre « . Le vendeur de la maison, à partir du moment où le client à signé que le contrat de construction CCMI, n’a plus de relation avec celui-ci. Donc si il y a des problèmes ou des non-dits lors de la vente, ce ne sera pas au vendeur de régler ces problèmes lors de la construction. Se sera au conducteur de travaux, voire aux artisans. Ainsi un vendeur peu répéter sans cesse la même erreur dans ses ventes. Car ce n’est pas à lui à de résoudre l’erreur qu’il aura engendré.

Pour ces raisons, nombre de personnes passant par un constructeur sont surpris au fur et à mesure de la construction de leur maison des prestations non comprises dans leur contrat initial.

Les oublies dans le chiffrage d’une maison parce que les clients ne s’intéressent pas à leur projet.

« Un homme averti en vaux deux »…

Pour construire votre première maison, comment vous pouvez faire autrement que de vous former, par vous-même ?

En définitive, vous n’avez pas le choix : que vous passiez par un constructeur de maison ou non. Vous serez contraint de connaitre votre sujet et d’acquérir les compétence nécessaires à la compréhension de ce que vous achetez. Cela passera d’abord par la compréhension du processus de construction, puis par l’obligation de vous intéresser au moins succinctement aux métiers qui participeront à la construction de votre maison : le maçon, le charpentier, le dessinateur métreur…

Sinon, vous apprendrez et découvrirez en même temps que la maison se construit ce que vous avez réellement acheté. Toutefois, il sera trop tard, et les choses seront faites à vos dépends. (Ce que font la plupart des gens qui font construire leur maison), Puis après ils diront le fameux « pour réussir sa maison, il faut en construire deux »…

Les pires erreurs que l’on commet sont toujours par manque d’information ou de formation.

Comment fonctionne le chiffrage d’une maison chez un constructeur ?

Acheter une maison c’est bien, mais savoir ce qu’il y aura dedans c’est mieux !

Généralement le constructeur de maison part d’un plan de base, sur lequel, il vient rajouter des options. Il faut donc pour vous acheteur vous familiarisé avec un descriptif de maison.

Et afin de vous familiariser avec un descriptif de maison, ci après vous en trouverez un exemple en cliquant sur ce lien. Tout les articles comprenant la mention « de base », veux dire que ces prestations sont comprises dans le tarif du modèle de base d’une maison.

Les principaux oublies dans le chiffrage d’une maison.

L’évacuation des terres

L’évacuation des terres est souvent non comprise dans le contrat de construction. En effet, il est difficilement chiffrable pour le constructeur de maison l’évacuation des terre.

Toutefois sur un petit terrain de plus si il est en pente. Vous risquez fortement de devoir évacuer un volume de terre.

Si vous vous baladez sur les lotissement neuf vous constaterez que certaine maison on à l’arrière des immense tas de terre. Le propriétaire essai bien souvent de revendre sa terre sur « le bon coin ». Mais cela bien souvent sans succès car il y a toujours plus de vendeur de terre que d’acheteur. Hé oui ! Tout le monde creuse pour réaliser une maison…

Afin de déterminer si oui ou non vous pouvez être confronté à ce problème. Je vous renvoie vers cet article. Vous y trouvez un calcul sur l’évacuation des terres.

Mais le mieux si vous avez un doute c’est de vous adresser à un terrassier voire à un conducteur de travaux afin d’estimer si oui ou non vous aurez de la terre a évacuer sur votre terrain. Et si oui comment faire pour diminuer le coûts d’évacuation des terres. Une solution peut être de remonter la maison.

Le chemin d’accès

Laisser un commentaire